Actualité

Huitième tour de coupe de France: l’UJA défaite à Versailles

Actu du 10 décembre 2011

Mal en point en championnat, l’UJA Alfortville n’arrive pas à décoller de sa lanterne rouge. Mais en coupe de France, les noirs et jaune s’offrent depuis le début de saison de régulières bouffées d’oxygène. Pour ce huitième tour, les UJAistes se déplaçaient à Versailles, pensionnaire de DH, sans Alpoue, Diop (DSR) et Bathily. Placé comme principal objectif avant le trêve par la direction du club, ce dernier tour pré-ligue 1 revêtait donc une importance particulière dans le Val de marne.

UJA: Sébastien Raphose - Souleymane Sow, Julien Chevalier, Mafall Seck, Carlos Moreira (C) - Airton Nascimento, Mamadou Diarra, Wilson Moreira - Diawoye Diarra, Victor Samb, Any Gbalé.

Remplaçants: Yann Beauregard, Ferreira Daveiga, Christel Kimbembé, Merson Oulai, Rachid Guerzif.

Coach: Christophe Taine.

-

FC Versailles: Yohann Bouget - Julien Pujol, Barry Thierno, Christian Mendy, Medhi Heouaine - Michael Lacen, Mikael Bardin, Stéphane Robinet, Armand Tailly - Oussama Berkak, Grégory Lefort (C).

Remplaçants:RSammy Gillot, James Hanffou, Kevin Saur, Anouai Chakir, James Habdas.

Coach: Hakli Dahmane.

-

Arbitre: Stéphane Bar.

L’entame de match se fait dans une ambiance extraordinaire. Les tribunes du stade Montbauron, hautes en couleurs, se font entendre. Versailles la distinguée a mis les petit plats dans les grands pour accueillir l’UJA, et les chants et trompettes troublent l’habituel calme de la ville. Le FC Versailles 78 met d’emblée une belle pression à ses visiteurs, qui ne semblent pas prendre la mesure de l’évènement malgré deux incursions mal ponctuées de Diavoyé. Dès le quart d’heure de jeu, Lefort, lancé dans la profondeur, bute sur un Raphose bien sorti. quatre minutes plus tard, Pilly s’élève plus haut que tout le monde sur une passe aérienne, et catapulte son coup de tête au fond des filets. Les pensionnaires de DH prennent déjà l’avantage.

L’UJA prend alors un gros coup sur la tête, et ne se mettra jamais en ordre de marche dans cette première période.

À la demi-heure de jeu, Heouaine prend sa chance depuis l’extérieur de la surface, et oblige Raphose à repousser dans les pieds de Lefort, qui vient faire le break. Les tribunes explosent, et Versailles n’aura pas tardé à confirmer sa réputation d’équipe de coupe. Galvanisés par leur douzième homme, les blancs finissent cette première période en boulet de canon, n’hésitant pas à combiner, à alterner attaques rapides et attaques placées, avec un pressing en forme de harcèlement constant du porteur du ballon.

Sur une pelouse d’une qualité pour le moins médiocre, les techniciens yvelinois se mettent pourtant en évidence, à l’image d’une action bien construite terminée par un centre de Lefort pour Robinet qui bute sur Raphose en face à face. Bardin a suivi mais envoie le cuir juste au dessus de la cage adverse.Le KO était proche.

Deux minutes plus tard, le FCV se paie le luxe d’un mouvement collectif de près d’une minute, avec à l’arrivée une frappe de Lacen contrée par Moreira. Alors que la pause approche, l’état d’urgence est décrété côté UJA: Daveiga fait son entrée en jeu à la place de Sow (42ème). Versailles termine en bloc et conserve son avantage à la mi-temps. Symbole du malaise, la dernière opportunité pour Alfortville est loupée par Wilson Moreira, qui perd l’équilibre en excellente position.

Au retour des vestiaires, Beauregard a fait son entrée en lieu et place de Samb. Les intentions ont changé, et l’UJA se veut plus joueuse, plus accrocheuse. Mais Versailles ne lâche rien aux visiteurs, et à la 48ème, Lacen dépose Lefort dans la profondeur, ce dernier centre pour Robinet. L’ancien du Paris FC place un coup de casque qui flirte avec la lucarne de Raphose.

La réponse ne se fait pas attendre, et à la 52ème, le une-deux Diarra-Beauregard permet au premier de lâcher sa frappe. C’est trop croisé.

L’entrée en jeu de Beauregard fait un bien fou à l’UJA, grâce à ses qualités de conservation et de vision. Ce début de seconde période laisse à penser que le coup est encore jouable pour les pensionnaires de CFA, mais le temps ne s’égraine pas en leur faveur. À l’heure de jeu, le long ballon dans la défense yvelinoise profite à Gbalé, qui manque sa frappe.

Sur le contre Pilly obtient un corner botté par Robinet, mais la tête de Lefort passe de justesse à côté. On sent alors l’UJA lâcher peu à peu du lest, au fur et à mesure que Versailles s’enhardit. La rencontre tombe en rythme, et puisque le calice se boit jusqu’à la lie, Mafall Seck se rend coupable d’un tacle très dangereux sur Lacen à un peu plus de 20 minutes de la fin. La sanction est immédiate: carton rouge pour le défenseur central, dont la jeunesse et le manque d’expérience coûtent cher.

L’UJA perd ses moyens, et M. Bar veut conserver son emprise sur la rencontre. Il sort, dans la minute qui suit l’incident, deux biscottes à l’encontre des frères Moreira.

À la 75ème, le contre du FCV est lancé à 2000 à l’heure, et Robinet parvient à servir Lefort en face à face avec Raphose, héroïque, qui s’interpose face au capitaine adverse. l’UJA lance ses dernières banderilles, avec une frappe de Beauregard des 20 mètres qui contraint Bouget à s’employer. À dix minutes du terme, Carlos Moreira cède sa place à Oulai. Mais il est trop tard, la tête et les jambes n’y sont plus, et l’entrée tardive de Sammy Gillot n’aura eu pour seul effet que d’énerver les jaunes. Le jeune joueur confirme sa réputation d’ingérable, alors que le match se termine en bagarre générale, sur un fond de I Will Survive. Diarra et Gillot seront exclus après le coup de sifflet final. Versailles accède donc aux 32èmes, comme il y a deux ans. L’UJA, de son côté, passe deux tours de plus que l’an passé, mais risque de se réveiller avec des regrets demain.

Réaction de Christophe Taine le coach de l’UJA : On est complètement passé à travers de la première mi-temps peut être intimidé par l’enjeu car beaucoup de joueurs découvrait la coupe de France à ce niveau. On a recadre un peu les choses à la mi-temps et essayer de joueur sur la fierté des joueurs, ce qui a payé pendant 20 minutes, jusqu’à l’exclusion. La victoire de Versailles est largement méritée, il n’y a rien à dire. Maintenant il va falloir se mobiliser pour le dernier match de l’année à Moissy et on devra faire sans nos blessés et suspendus.


La note des lecteurs :
1 etoile2 etoiles3 etoiles4 etoiles5 etoiles (4 votes, note : 4.5 sur 5)
Loading ... Loading ...
Popularité:
3 171 lectures
Réactions :
Un
Barre d'outils :
Imprimer cet article Imprimer cet article ajoutez votre commentaire ajouter sur delicious ajouter sur digg poster sur facebook importer sur Stumble
Tags relatifs: , , , ,

Rejoignez- nous sur :     Twitter   ·   Facebook   ·   Dailymotion   ·   Vimeo   ·   YouTube   ·